Cage de MMA montrant un match en coursAnnée 2023

L'Art de la Gestion d'Image dans le MMA : Un Combat Hors de la Cage

MMA…Non, nous n’allons pas vous parler d’assurances en tout genre mais “je l’aurai un jour” doit certainement être la première chose que se dit un combattant une fois réveillé de son K.O. Dans l’arène impitoyable du MMA (Arts Martiaux Mixtes, également traduits en français par Arts Martiaux Mélangés, sont connus sous l’acronyme MMA pour Mixed Martial Arts.), l’importance de son image est aussi cruciale que la maîtrise des techniques de combat, c’est-à-dire pas du tout. Après tout, on est là pour se taper dessus, pas pour faire un concours de popularité. Mais bon, si ça peut aider à décrocher un sponsor ou deux, pourquoi pas ? La réputation d’un athlète ou d’une organisation peut être façonnée ou démolie par une seule action, déclaration ou incident…

La gestion d’image dans ce domaine ne concerne pas uniquement la perception du public, mais également la manière dont les athlètes et les organisations sont perçus par les sponsors, les partenaires et même les régulateurs du sport. C’est vrai que ça peut être important, surtout si on veut gagner de l’argent.

Cet article, dédié à l’univers du MMA, explore les divers aspects et l’importance de la gestion d’image. Découvrons ensemble comment les combattants et les organisations de MMA peuvent naviguer habilement dans les eaux parfois tumultueuses de la gestion d’image dans le sport, ou comment ils peuvent se planter lamentablement.

03 novembre

13 min

La cage des grosses têtes - Gestion d’Image dans le MMA

L’importance de la gestion d’image dans le MMA est un sujet qui va bien au-delà des combats visibles dans la cage. En effet, il faut aussi penser à chaque mot que l’on va employer sur les réseaux sociaux. Et si vous avez besoin d’un exemple, regardez les descriptions sous les post Instagram de Karim Benzema (vu son bandage à la main c’est sûr qu’il distribue des patates aussi). Ou plutôt, ne les regardez pas, car elles sont toutes aussi incompréhensibles les unes que les autres.

Le MMA est un sport où la réputation est constamment mise à l’épreuve, non seulement à travers les performances athlétiques mais aussi via les comportements, les affiliations et les déclarations publiques. Pour les combattants, une image positive peut ouvrir des portes vers des opportunités de sponsoring, une base de fans solide et une carrière durable. Une image négative, mais qui ne dépasse pas les limites de l’acceptable, peut être aussi un moyen efficace de susciter l’intérêt des sponsors et autres partenaires. Ou comment devenir riche en vendant des tee-shirts à l’effigie de son chien S/O Connor.

Pour les organisations, elle peut signifier une crédibilité accrue, des partenariats fructueux et une reconnaissance internationale. En explorant des exemples concrets, cet article dévoilera les mécanismes de la gestion d’image dans le MMA, mais également comment ruiner sa carrière en une seule déclaration n’est-ce pas Noël Le Graët ?

Comme dirait Kyky, on ne touche pas à Zidane ! (ndlr: la déclaration de l’ex président de la FFF Zidane sélectionneur du Brésil ? “Je n’en ai rien à secouer” à laquelle avait répondu Kylian Mbappé par un tweet).

Retournons à nos combattants… Cet article met en évidence l’aspect vital de la gestion d’image et comment elle peut être maîtrisée pour assurer une carrière et une organisation prospères. À moins que vous de vous appeler KB9 et là c’est total freestyle.

Conor Mcgregor serrant la main amicalement
©Louis Grasse/PxImages

Techniques et stratégies de gestion d’image pour les combattants de MMA

Dans le milieu du MMA, l’image est primordiale donc il est préférable de ne pas sortir trop amoché après son combat. Elle peut être un atout majeur pour les combattants et les fédérations. Le personal branding est une notion importante dans le MMA. Pour ceux qui ont séché les cours d’anglais au collège ne vous inquiétez pas nous sommes là pour vous aider. Il s’agit tout simplement de la construction d’une identité de marque personnelle. Les combattants et les ligues utilisent l’image de marque pour se différencier de la concurrence et pour attirer les fans.

Dana White, le président de l’UFC, est un exemple d’image de marque réussie car il est l’image de l’organisation même. Il est connu pour son franc-parler et son sens de l’humour (c’est ironique). Ce style a contribué à faire de l’UFC la plus grande fédération de MMA au monde.

Les combattants ont également leur propre personal branding. Certains combattants choisissent de se présenter comme des héros, tandis que d’autres se présentent comme des anti-héros. C’est vraiment un choix existentiel difficile à faire, n’est-ce pas ? L’important est de trouver un style qui soit cohérent avec sa personnalité et qui soit susceptible de plaire aux fans. Les réseaux sociaux sont un outil important pour construire son image de marque personnelle. Ils permettent aux combattants et aux ligues de se connecter avec les fans et de partager leur contenu. Twitter, X ou Y (ce sera comme vous voulez), est le réseau où vous pouvez dire des choses provocantes et controversées pour attirer l’attention. Parce que c’est bien connu, rien ne vend mieux que la polémique.

Le storytelling est une autre stratégie importante dans le MMA. Rien ne fait mieux vendre un combat qu’une histoire épique autour. Il n’y a qu’à voir l’histoire entre Fernand Lopez et Cédric Doumbé pour son combat face à Jordan Zébo. Les ligues utilisent le storytelling pour créer une histoire autour d’un combat ou d’un événement. Cela permet de susciter l’intérêt des fans et de créer une attente. Avant chaque combat, les ligues cherchent à créer une histoire derrière pour attirer les regards. Par exemple, l’UFC a créé une rivalité entre Conor McGregor et Nate Diaz. Cette rivalité a contribué à faire de leur combat l’un des plus lucratifs de l’histoire du MMA.

Triomphes et Catastrophes de Gestion d’Image dans le MMA

Conor Mcgregor prennant la pose
©site football club de Marseille

Conor Mcgregor

Comment ne pas commencer par Conor McGregor, avec sa personnalité flamboyante et ses phrases chocs, il a maîtrisé l’art de l’auto-promotion, utilisant son image de manière stratégique pour se forger une place inégalée au sein de l’UFC. Ses déclarations pré-combat, bien que souvent controversées, sont devenues légendaires et inoubliables dans le monde du sport. Par exemple, lors d’une conférence de presse avant son combat contre Floyd Mayweather, McGregor a déclaré : “Je suis une licorne irlandaise et j’apporte la couleur à ce sport gris”. Et avant d’affronter Chad Mendes, il a proclamé : “Chad est un nain mexicain. Je vais le massacrer”. Ces phrases, et bien d’autres, ont non seulement attiré l’attention des médias, mais ont également créé une anticipation électrique avant chaque combat.

Mais attention, il ne faut pas trop en faire, sinon on finit comme lui, en agressant un vieil homme dans un bar.

L’UFC, consciente de la puissance financière et de la visibilité que McGregor apporte à l’organisation, a souvent accommodé l’image et les demandes du combattant irlandais. Les données chiffrées sont éloquentes : les événements auxquels McGregor participe, tels que l’UFC 257, génèrent des chiffres de vente en PPV (Pay-Per-View, C’est un système de télévision ou de diffusion en streaming où les téléspectateurs peuvent acheter des événements pour les regarder) astronomiques. Pour mettre cela en perspective, l’UFC 257 a généré 1,5 million d’achats en PPV, le positionnant comme le cinquième événement le plus vendu dans l’histoire de l’UFC. En 2021, McGregor a été couronné le sportif le mieux payé par Forbes, ayant gagné environ 180 millions de dollars cette année-là grâce à ses combats et à ses partenariats commerciaux, selon Parlons Basket. Oui, McGregor est un vrai phénomène. Il a réussi à gagner des millions de dollars en se faisant passer pour un idiot. C’est un exemple pour nous tous.

Bien que son comportement et ses commentaires puissent parfois semer la controverse, l’UFC reconnaît la valeur inestimable que McGregor, avec son image audacieuse et son talent indéniable, apporte à l’organisation. Son habileté à utiliser son image pour générer de l’attention a non seulement solidifié sa propre marque, mais a également contribué de manière significative à propulser l’UFC sur la scène mondiale. En conclusion, Conor McGregor est un génie du marketing. Il a compris que dans le monde du MMA, l’image est plus importante que les compétences. Et il a réussi à utiliser son image pour devenir l’une des plus grandes stars de ce sport.

Jon Jones
©site Chris Graythen/Getty

Jon Jones

Jon Jones, malgré son talent indéniable et son style spectaculaire dans l’octogone, a une carrière entachée par divers scandales et problèmes personnels. Son ascension fulgurante au sein de l’UFC, devenant le plus jeune champion de l’histoire de l’organisation à 23 ans, a été aussi rapide que son entrée dans une spirale de controverses. Des affaires judiciaires, notamment des arrestations pour délit de fuite, violence conjugale, et des accusations d’agression, aux problèmes liés au dopage, Jones a été constamment sous le feu des projecteurs pour les mauvaises raisons.

Cependant, l’UFC semble toujours prête à lui ouvrir ses portes après chaque incident. Pourquoi ? Parce que Jon Jones est vendeur. Son style de combat, sa créativité, et sa technique dans la cage sont inégalés. Thibault Gouti, un ancien partenaire d’entraînement, a décrit Jones comme ayant “un vrai don pour les arts martiaux” et a souligné sa stature imposante et sa capacité à couvrir une distance incroyable en un ou deux coups comme des éléments marquants de son style de combat. Oui, c’est vrai, Jones est un bon combattant. Mais il est aussi un mauvais exemple. Il est la preuve que dans le monde du MMA, l’image est plus importante que les compétences. Ou plutôt, que l’image d’un mauvais garçon est plus importante que les compétences. Ce n’est pas aussi simple dans le foot un p’ti coucou à la Team Cantona, Balotelli et j’en passe.

Mais au-delà de son talent, les controverses de Jones semblent également attirer une attention indéniable. Chaque retour de “Bones” Jones dans la cage après un scandale est attendu avec impatience, tant par les fans que par les critiques, générant ainsi des revenus et une visibilité significatifs pour l’UFC. Bien que ses actions en dehors de la cage aient souvent été condamnées, l’UFC semble reconnaître la valeur financière de garder Jones dans ses rangs, permettant ainsi au combattant de faire son retour, encore et encore, malgré les vagues de controverses qui le suivent. Cela pose une question éthique intéressante : jusqu’où une organisation est-elle prête à aller pour garantir des chiffres de vente et une attention médiatique ? Pour l’UFC et Jon Jones, la réponse semble être un cycle perpétuel de chutes, de revenus, mais surtout de nouvelles controverses.

Cédric Doumbé
©site La sueur

Cédric Doumbé

L’éclatante victoire de Cédric Doumbé en seulement 9 secondes, oui, même pas le temps de faire cuire un œuf, sur Jordan Zébo lors du “main event” du PFL au Zénith de Paris n’est pas seulement le résultat de son habileté exceptionnelle dans l’octogone, mais aussi le fruit de sa perspicacité aiguisée en matière de marketing personnel et de gestion de l’image. Doumbé a brillamment reconnu et exploité le pouvoir d’une image forte et d’une présence médiatique omniprésente dans le sport de combat, s’inspirant de figures comme Conor McGregor pour construire et maintenir une marque personnelle qui attire et retient l’attention.

Son slogan pour ce combat, “Jordan t’es mort”, et sa campagne de trash-talk n’étaient pas simplement des actes de provocation, mais des mouvements calculés pour assurer que tous les yeux étaient fixés sur lui lorsqu’il est entré dans l’arène. Parce que, soyons honnêtes, qui ne voudrait pas voir un homme prédire l’avenir avec autant de précision ? Il a compris que dans le monde saturé du MMA, où de nombreux combattants talentueux luttent pour une place sous les projecteurs, la création d’une image puissante et mémorable est cruciale pour se démarquer et attirer l’attention non seulement des fans, mais aussi des sponsors et des médias.

Doumbé a non seulement vendu des billets mais s’est vendu lui-même comme une marque, une entité, et une expérience, prouvant que dans le sport moderne, surtout dans des domaines aussi compétitifs que le MMA, la gestion habile de l’image et de la marque personnelle est tout aussi importante que le talent athlétique pour assurer le succès et la longévité dans le domaine. C’est une leçon que tous les athlètes émergents peuvent tirer de Doumbé : que la maîtrise de l’art de se vendre est intrinsèquement liée à la capacité de vendre des sièges et de construire une carrière prospère.

L’image et la marque personnelle des combattants de MMA, comme Conor McGregor, Jon Jones et Cédric Doumbé, jouent un rôle crucial dans l’attraction de l’attention médiatique et du public, influençant significativement les organisations telles que l’UFC et le PFL.

Ces combattants, à travers leur talent dans l’octogone et leur habileté à se commercialiser, notamment via le trash-talk et les médias sociaux, génèrent d’importants revenus et une visibilité accrue pour eux-mêmes et les organisations qu’ils représentent. La gestion stratégique de leur image et de leur “personal branding” est devenue essentielle pour maximiser leur influence et leur pouvoir dans l’industrie compétitive du MMA. Parce que, après tout, si vous ne pouvez pas battre vos adversaires avec vos poings, faites-le avec votre Instagram, n’est-ce pas ? La suite explorera comment cette image impacte le sponsoring et les opportunités financières dans le domaine.

Sponsoring et Monétisation - L’impact de l’image sur les opportunités Financières

L’ascension fulgurante de l’UFC, passant d’une organisation au bord de la faillite à une entité générant un chiffre d’affaires de 1,3 milliard de dollars en 2022, illustre l’impact monumental de l’image et du marketing dans le monde du MMA. (Qui a dit que donner des coups de pied et de poing n’était pas rentable ?) L’UFC, autrefois perçue comme une ligue promouvant un sport trop violent et barbare pour le grand public, a su capitaliser sur l’explosion mondiale des arts martiaux mixtes, transformant ainsi sa réputation et établissant le MMA comme un sport légitime et commercialisable. Les combattants, conscients de cette métamorphose, ont saisi l’opportunité de maximiser leur image à des fins financières et promotionnelles.

Cédric Doumbé, par exemple, a brillamment utilisé les stratégies de trash-talk et de marketing personnel, inspirées par des figures comme Conor McGregor, pour vendre son combat contre Jordan Zebo au PFL, attirant ainsi un public de 1,4 million sur RMC Découverte, en plus des 234 000 abonnés sur RMC Sport 2. (Pas mal non ?Pour un gars qui a passé moins de temps sur le ring que la plupart d’entre nous sous la douche,) Le combat, bien que n’ayant duré que neuf secondes, a non seulement propulsé Doumbé sous les projecteurs mais a également généré une attention médiatique significative, démontrant que l’image d’un combattant, lorsqu’elle est habilement gérée et commercialisée, peut ouvrir des portes à d’énormes opportunités de sponsoring et de monétisation. Cela souligne l’importance cruciale pour les combattants de non seulement perfectionner leurs compétences dans l’octogone mais aussi de maîtriser l’art du personal branding et du marketing dans l’arène publique et médiatique, afin d’optimiser leur potentiel de revenus et d’influence dans le sport.

En somme, l’impact de l’image dans le monde du sport, particulièrement dans des disciplines telles que le MMA, est indéniablement colossal, influençant non seulement la perception du public mais aussi les opportunités financières et de sponsoring pour les athlètes et les organisations. Des figures emblématiques comme Conor McGregor, Jon Jones, et Cédric Doumbé ont démontré que la maîtrise habile du personal branding et du marketing peut propulser une carrière, attirer une audience massive et générer des revenus substantiels, tant pour les individus que pour les organisations sportives. C’est dans cette optique que chez KT Sport Design, nous sommes déterminés à aider les sportifs à naviguer dans le paysage complexe de la gestion d’image. Nous proposons des prestations sur-mesure, allant de la création d’une image de marque forte et cohérente à la gestion stratégique des relations publiques et médias, assurant que chaque athlète non seulement brille dans leur discipline, mais également dans l’arène publique, attirant ainsi succès, partenariats, et opportunités lucratives. La symbiose entre sport et image est indissociable dans l’ère contemporaine, et chez KT Sport Design, nous sommes là pour assurer que cette alliance soit aussi performante et éclatante que possible.

Autres articles qui valent le coup d'oeil comme une redif de la finale France 98

Contact

Plongeons ensembledans l'univers du design

contact@ktsportdesign.com

Nous écrire

+33(0)6.87.08.19.33

Nous appeler

Site créé par KT Sport Design • Tous droits réservés © 2024

Mentions légales
KT Sport DesignKT Sport Design

Agence de communication sportive